En Belgique la crèche inclusive Zarafa pour les bébés malentendants ou pas


En Belgique la crèche inclusive Zarafa pour bébés malentendants ou pas

Coucou (future) maman et (futur) papa !

Je déménage le temps d’un article chez nos amis belges pour vous parler de la crèche inclusive Zarafa pour enfants malentendants et non malentendants. Elle se trouve à Bruxelles. Pour vous la présenter, j’ai demandé à sa directrice, Cécilia, de répondre à quelques questions. J’en profite pour vous indiquer que Cécilia a reçu deux prix en Belgique à l’occasion de la Semaine du Microcrédit : dans la catégorie entrepreneuriat au féminin et en tant que coup de coeur du jury !

Cécilia a grandi avec des personnes malentendantes

Monpremierbebe.fr : Cécilia, parlez-nous de cette idée de crèche inclusive, comment vous est-elle venue ?
CéciliaJe rêve depuis longtemps d’ouvrir une ferme de réinsertion pour jeunes. Donc un énorme projet, au niveau réalisation, coût. C’était je pense un peu prématuré pour moi d’imaginer un projet d’une telle envergure à 21 ans. Alors il y a 6 ans, j’ai pensé “vois un peu plus petit, un peu plus réaliste…”. Comment faire pour pouvoir mettre de côté et en même temps créer un projet qui pourrait “sauver le monde” ? Alors j’ai voulu ouvrir une crèche, à la base ordinaire mais le projet m’a vite ennuyée. Trop… ordinaire pour moi. Ayant grandi avec des personnes malentendantes dans mon entourage – au niveau scolaire et du voisinage – et constatant le peu de place pour les enfants porteurs de handicaps, je me suis dit “pourquoi pas ?”. A Bruxelles il y a des crèches inclusives avec la même pédagogie. Une des deux est Zarafa !

De l’inclusion au niveau de l’équipe d’encadrement également

Monpremierbebe.fr : Comment s’organise Zarafa ? 
Cécilia : Ma crèche est sur deux étages. Au premier les bébés et leur dortoir ainsi que mon bureau et un espace d’accueil. Au rez-de-chaussée, se trouvent les plus grands avec une salle de vie et une salle pour le coin lecture et la sieste. J’engage 2 personnes dont une personne malentendante. Donc c’est de l’inclusion au niveau de l’équipe d’encadrement également. La capacité d’accueil est de 14 enfants. Dans un premier temps j’espère mettre en place des ateliers parents-enfants certains week-ends et les vacances faire des stages inclusifs.

 

Monpremierbebe.fr : Quels obstacles avez-vous rencontrés dans la réalisation de votre projet ? 
Cécilia : J’ai rencontré énormément d’obstacles et j’ai failli baisser les bras plus d’une fois. Heureusement j’étais très bien entourée. Mais j’ai réalisé qu’en Belgique, il n’y a pas assez d’accompagnement pour les entrepreneurs, au niveau des normes, des réglementations, etc. La réglementation n’est pas logique par moment. Il y a également eu l’architecte avec qui j’ai travaillé qui n’a pas fait ce pourquoi je l’avais engagé et payé : pas de suivi de chantier, pas de travaux, pas de dossier à l’urbanisme. Car il faut faire une demande de permis d’urbanisme pour ouvrir une crèche. Bref il m’a fait perdre plus ou moins 30.000€, donc un coup dur !

Plongée dans le domaine social depuis longtemps

Monpremierbebe.fr : Pouvez-vous me parler de vous dans le domaine de l’éducation ?
Cécilia : J’ai commencé les études d’éducatrice à l’âge de 14 ans. En supérieur, j’ai poursuivi dans la voie d’Educatrice Spécialisée en Accompagnement Psycho-éducatif. Donc j’ai baigné dans le social dès mes premiers stages. J’ai été diplômée à mes 21 ans.  Par la suite, j’ai travaillé dans une école maternelle, dans un centre pour sourds avec handicap associé, dans un COO (Centre d’Observation et d’Orientation) pour jeunes filles placées par le juge, dans une école spécialisée de type 1 (retard mental léger) et type 8 (troubles instrumentaux). Puis j’ai trouvé mon premier boulot dans une CJES (Centre de Jour pour Enfants Scolarisés) avec des jeunes de l’enseignement spécialisé. Parallèlement, depuis mes 18 ans je travaille avec l’organisme VACANCES VIVANTES et j’organise des stages (de danse, théâtre, moto, cinéma) avec des jeunes. Il est aussi question de l’inclusion puisqu’un tiers des jeunes avec qui nous partons en stage sont des jeunes d’institutions (placés par le juge ou porteurs de handicaps légers…).

Monpremierbebe.fr : Comment voyez-vous la suite pour Zarafa ?
Cécilia
: Dans 10 ans, j’espère que Zarafa pourra ouvrir sa propre ferme ! Je me laisse 10 ans… 

 

On souhaite à la crèche Zarafa une longue vie et surtout que d’autres structures de la sorte puissent ouvrir !

———————

N’oubliez pas ! Demandez votre e-book sur ces 8 mamans qui vous racontent la maternité ! Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous 🙂

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *