Témoignage de Marie : Enceinte et alitée, comment faire face ?


Témoignage de Marie : Enceinte et alitée, comment faire face ?

Coucou (future) maman !

Durant la grossesse, il se peut que les choses ne se passent pas comme on l’aurait souhaité. Le corps médical peut vous conseiller voire vous ordonner le repos complet et de rester alitée. Si la grossesse est à risques alors les précautions doivent être prises. Cependant, le moral de la maman peut être au plus bas dans ce cas-là. Entre la peur qu’il arrive quelque chose au bébé et la tristesse de ne pas vivre sa grossesse en évoluant normalement. Alors on essaie de positiver, si la prudence n’est pas respectée, un accouchement prématuré pourrait avoir lieu. Au delà d’une simple théorie se basant sur des statistiques ou autres faits médicaux, je voulais plus de pratique dans cet article. J'avais envie de donner la parole à une maman qui pour sa première grossesse était alitée. Click To Tweet

Dés à présent, je vous indique que Marie est aujourd’hui maman de deux adorables enfants. Et pour ces deux grossesses, alitement il y a eu. Cela n’a pas été facile moralement mais le résultat est là. Les difficultés sont derrière elle à présent et aujourd’hui elle est heureuse.

Alitement ? Marie connaissait le mot mais sans plus

Je ne m’étais jamais vraiment penchée sur le problème car je n’aurais jamais imaginé vivre une grossesse à risques.” Alors, Marie ne se projetait pas dans cette situation. Elle voyait sa grossesse comme neuf mois sans problème ou du moins sans grosse complication. Pourtant à partir de son troisième mois de grossesse, le médecin de Marie la met en arrêt de travail. “Je devais en faire le moins possible car j’avais des petites contractions et un col fragile.” Marie à qui on préconise le repos ne va pas appliquer les recommandations médicales. Son col se raccourcit alors. “J’ai été hospitalisée durant une semaine puis j’ai été transférée d’urgence dans un autre établissement : l’Hôpital Femme Mère Enfant à Lyon.” La situation est critique car son col s’est ouvert, cela s’accompagnant de contractions.

Un risque d’accoucher à 6 mois de grossesse

Marie est mise en salle de pré-travail. “L’équipe médicale pensait que j’allais accoucher. J’étais à 25 semaines de grossesse donc à mon sixième mois.” Finalement le travail est stoppé avec des médicaments. Marie a une autre impression : sa fille n’a juste pas envie de sortir si tôt. Marie reste positive. “J’ai cru en ma fille tout le long de mon hospitalisation. C’est vrai que j’avais des coups de mou par moment.” En effet, la famille de Marie n’habite pas dans le coin et donc les visites ne sont pas nombreuses. Elle est autorisée à se lever seulement pour aller aux toilettes et se doucher. Le reste du temps elle doit rester alitée. A cette époque, Marie a 20 ans. “Je n’ai pas douté. Je parlais sans cesse à mon bébé en disant qu’il fallait qu’elle reste bien au chaud.” Ses amis et sa famille sont un soutien. Et six semaines plus tard, à sa 31ème semaine, elle sort de l’hôpital à condition de rester alitée à la maison.

Alitée, on s’occupe comment ?

A son retour à la maison, Marie s’est alors mise au repos s’entourant de tout ce qui lui permettrait de s’occuper. Ordinateurs, télévision voire même poker sur Internet. “Je lisais beaucoup de magazines : Neuf Mois, Futures Mamans, Famili.” Elle s’avoue nullement manuelle pour se lancer dans des activités créatives. “Mon mari prenait soin de moi à la maison et lors de mon hospitalisation. Et lorsque j’étais hospitalisée, habitant loin de l’hôpital, il faisait les trajets tous les jours. J’avais le droit à mes repas à l’hôpital et à tous les autres kebab, pizza et McDo, d’où mes 20 kgs pris.”

“Il faut respecter les consignes d’alitement”

Marie est donc restée tranquille jusqu’à sa 36ème semaine. A la 37ème, l’accouchement est déclenché pour risque de prééclampsie. “J’ai accouché le 24 septembre 2010. La date prévue d’accouchement était le 21 octobre. Maïna est née en parfaite santé.” Lorsque j’ai demandé à Marie quels conseils elle donnerait à des mamans qui sont dans la situation d’une MAP (menace d’accouchement prématuré), elle a été sincère et directe. “Je leur dirais de respecter les consignes du gynécologue ou de la sage-femme. Elles doivent garder le moral car elles font ça pour leur bébé. Etre mère commence pendant la grossesse.” Elle leur conseille également d’avoir confiance en leur bébé et de leur parler. “Moi personnellement, ça m’a beaucoup aidée de parler avec Maïna et malgré toutes ces complications, la récompense est tellement belle à fin, qu’on a de la chance de pouvoir donner la vie. Si tout cela était à refaire, je le referais sans hésiter.”

Ce témoignage montre qu’il faut parvenir à prendre du recul, à positiver. Il faut respecter les conseils des médecins préconisant de rester alitée. Click To Tweet Ayant fréquemment des nouvelles de Marie, je peux vous dire qu’elle se porte bien tout comme ses deux enfants 😉

N’hésitez pas à commenter cet article pour apporter votre témoignage ou en écrivant à contact@monpremierbebe.fr

———————

N’oubliez pas ! Vous aussi demandez votre e-book sur ces 8 mamans qui vous racontent la maternité ! Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous 🙂

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *