A combien de mois bébé peut-il tenir assis ?


A combien de mois bébé peut-il tenir assis ?
Coucou (future) maman et (futur) papa ! 
La remarque stressante : “Quoiiii, ton bébé ne s’assoit toujours pas ?!” . Minute papillon car chacun son rythme… C’est à Alexandre Sère, kinésithérapeute, que j’ai posé quelques questions sur le sujet. Et voici ses réponses.
Monpremierbebe.fr : Pourriez-vous vous présenter dans un premier temps ?
Alexandre Sère : Kinésithérapeute depuis bientôt 5 ans, j’exerce dans un cabinet libéral en région toulousaine. J’ai découvert ce métier suite à de nombreuses blessures, dans le cadre du sport que je pratiquais, et c’est suite à cela que je me suis dirigé vers cette voie. Naturellement, je me suis orienté vers la kinésithérapie du sport. Tout d’abord en suivant des formations, mais aussi en intégrant le staff d’un club sportif. Cependant, je prends tout autant de plaisir, lorsque je suis en cabinet, à soigner un large panel de patients. Que ce soit le nouveau-né (kinésithérapie respiratoire notamment) ou la personne âgée (je travaille également en maison de retraite et domicile).

La position assise et la position assise acquise

Monpremierbebe.fr : A combien de mois un bébé peut-il tenir la position assise ?
Alexandre Sère : On a l’habitude d’entendre ou de lire dans les bouquins que la position assise arrive chez bébé au 6ème mois. Cela reste une moyenne. En effet, comme la marche, la position assise arrive plus ou moins tard selon les nouveaux-nés. Il n’est absolument pas rare de voir des bébés se mettre en position assise qu’après le 9ème/10ème mois. Il n’y a aucune inquiétude à avoir pour les parents dont les enfants ne trouvent pas la position assise à 6 mois pile ! A chacun son rythme…
Par ailleurs, il faut distinguer deux choses : la position assise et la position assise acquise. La différence est importante : la position assise “acquise” peut être tenue par bébé pendant plusieurs secondes ou minutes. Cela seul, sans aide extérieure, sans aide de ses mains et en sécurité. La position assise “simple” ne peut être tenue quelques secondes par le nouveau-né avant que ce dernier soit déséquilibré.

Donner un coup de pouce ou pas ?

Monpremierbebe.fr : Faut-il “lui donner un petit coup de main” pour être assis ?
Alexandre Sère : Plutôt orienté “motricité libre”, je dirais qu’il faut laisser bébé faire seul. Je ne suis pas fermé à l’idée d’essayer de temps en temps, de mettre soi-même bébé en position assise. Il sera initié et stimulé avec cette position. Il faut veiller à rester proche de votre nouveau-né afin qu’il se sente au maximum en sécurité.
La notion de “coup de main” doit être maitrisée. Dans cette notion, je parlerai plutôt d’aide partielle. Lorsqu’on voit son bébé vouloir se mettre en position assise, on va intervenir si on sent que notre enfant est quelque peu en “difficulté” (un bras bloqué, une jambe qui ne veut pas se plier…). Il est bon de veiller à le faire en expliquant à bébé ce que vous faites, lui montrant comment faire… Et surtout en le félicitant lorsqu’il y arrivera ! La proximité, la mise en sécurité, l’encouragement seront un véritable “coup de main” pour votre bébé.
Ainsi, “le coup de main” visant à mettre bébé assis sans que celui-ci ait initié le mouvement, en le prenant, le soulevant et lui mettant les fesses au sol sans passer par les étapes intermédiaires n’est absolument pas conseillé.

Mettre bébé en confiance pour l’aider

Monpremierbebe.fr : La motricité libre aide-t-elle bébé à se mettre assis quand il se sent véritablement prêt ?
Alexandre Sère : La motricité libre ne va “aider” bébé à se mettre assis que quand il sera véritablement prêt. Si on parle de motricité libre, on considère que bébé, seul, apprend à découvrir et à se déplacer dans son environnement proche.
Que ce soit la motricité libre ou non, bébé se mettra assis quand il sentira que toutes les conditions sont réunies (tonus, assurance, environnement familier…) pour le faire seul, et avec un maximum de sécurité.
Cependant, il est recommandé de mettre en confiance bébé, en l’encourageant, en applaudissant ses “petits exploits” du quotidien, en protégeant son environnement proche, afin qu’il se sente prêt plus rapidement. Comme il est possible, même dans ce principe de “motricité libre”, de stimuler, de façon réfléchie et brève, bébé dans son schéma moteur. Je pense, qu’a contrario, il n’est pas bon de trop stimuler bébé, de vouloir absolument le mettre en position assise. Sans même que lui ait décidé de le faire auparavant. Cela pourrait entraîner une sensation de peur chez votre nouveau-né (notion de chute) et créer un blocage par la suite.

Le transat, c’est une position de “repos”

Monpremierbebe.fr : Les transats, les chaises hautes qui vont mettre bébé en position assise, sont-ils à conseiller ?
Alexandre Sère : Personnellement, j’ai utilisé la chaise haute dès que mon enfant a eu une position assise “simple”, non acquise. Mais, cela ne durait pas longtemps, 5 minutes maximum. Par la suite, lorsque la position assise a été acquise, nous avons utilisé plus souvent la chaise haute, pour les repas ou les goûters. Son utilisation doit être corrélée avec l’évolution motrice de bébé. Cela n’est pas bon de laisser un nouveau-né, dont les capacités motrices ne sont pas totales pour maintenir une position assise correcte, de longues minutes dans une chaise haute, quitte à le caler avec des coussins afin qu’il ne bascule pas.

Les transats, c’est autre chose, c’est un peu comme nos bains de soleil au bord de la piscine ou nos hamacs… C’est une position de “repos”. Que ce soit nous ou bébé, lorsque nous sommes sur des transats, tout notre plan postérieur est maintenu, nous sommes “passifs”, en sécurité, sans risque de chute. Bébé n’est pas véritablement assis dans ce cas précis. L’utilisation des transats ne me dérange pas, au contraire même, mais bien entendu, cela ne doit pas durer des heures.

 

Monpremierbebe.fr : Un bébé que l’on va mettre en position assise peut-il souffrir au niveau de la colonne vertébrale notamment ?
Alexandre Sère : Je pense plutôt que vous voulez dire par là “un bébé que l’on va asseoir précocement souffrira-t-il dans sa croissance de la colonne vertébrale ? “. La principale cause de souffrance rachidienne chez l’enfant ou l’adolescent durant la croissance, hors causes traumatologiques ou autres affections congénitales, est la scoliose. J’en soigne régulièrement, les causes sont variées. Il y a le problème postural lié à la croissance, le tonus musculaire rachidien asymétrique… Je ne sais pas qu’il existe des études cliniques qui ont prouvé ou non, que mettre trop rapidement un nouveau-né en position assise pouvait engendrer des souffrances rachidiennes plus tard. Cela serait à explorer. Ainsi, je dirais plutôt, que d’un avis personnel, il est préférable de laisser bébé libre dans sa motricité afin qu’il trouve, seul, la position assise.

Consulter un ostéopathe

Monpremierbebe.fr : Enfin à quelle fréquence, faut-il consulter un ostéo pour un bébé ?
Alexandre Sère : La fréquence varie selon les maux du nouveau-né. Je pense qu’une séance tous les mois ou toutes les 3 semaines suffit amplement. Ceci dit, cela n’est en aucun cas une obligation thérapeutique. L’ostéopathe sera le plus à même de juger cette fréquence. Par ailleurs, il est intéressant et je vous le conseille, d’amener votre nouveau-né chez l’ostéopathe peu de temps après la naissance. En effet, l’accouchement n’est pas une chose anodine, autant pour maman que pour bébé.
Merci à Alexandre Sère pour ses réponses. N’hésitez pas à écrire à contact@monpremierbebe.fr pour que soient traitées sur le blog des questions spécifiques nécessitant l’intervention de professionnels de la santé. A très bientôt !

———————

N’oubliez pas ! Demandez votre e-book sur ces 8 mamans qui vous racontent la maternité ! Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous 🙂

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *