L’association Un Petit Bagage d’Amour aide les mamans dans le besoin


Coucou (future) maman et (futur) papa ! 

Et si on s’arrêtait quelques minutes sur ces associations qui viennent en aide aux mamans et futures mamans ? L’association Un Petit Bagage d’Amour en fait justement partie. La présidente Samra a accepté de répondre aux questions de monpremierbebe.fr

L'association Un Petit Bagage d'Amour pour offrir une aide aux mamans Click To Tweet

 

Monpremierbebe.fr : Bonjour Samra, dans un premier temps, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et lectrices ?
Samra du Petit Bagage d’Amour
: Je m’appelle Samra, je suis sage-femme dans deux hôpitaux. L’un est connu pour ses accouchements dans le respect du choix des femmes. C’est un établissement « nature » avec des accouchements dans l’eau notamment. L’autre est un hôpital s’occupant des mamans et futures mamans ayant des troubles de la relation mère-enfant, et des problèmes médico-psycho-sociaux. La plupart des patientes sont dans une très grande précarité. Sinon je suis moi-même maman de deux enfants de 2 ans et demi et 1 an. Je suis aidée par Chiraz qui est également sage-femme. Nous avons travaillé ensemble dans l’hôpital venant en aide aux mamans en grande précarité. Actuellement elle est sage-femme cadre dans une clinique réputée à Paris. Il y a aussi Imaine, amie de très longue date, qui travaille dans un tout autre secteur et qui m’accompagne depuis les débuts de l’association.

Un petit sac plastique en guise de valise de maternité…

Monpremierbebe.fr : Nous allons parler de votre association Un Petit Bagage d’Amour, quand a-t-elle été créée et pourquoi ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Elle a été créée il y a maintenant un peu plus d’un an. Nous avons fait un triste constat : certaines femmes enceintes n’avaient même pas le minimum pour accueillir leur bébé. Une patiente enceinte de jumeaux m’a particulièrement marquée quand je l’ai transférée pour l’accouchement car je me suis rendue compte qu’elle n’avait qu’un petit sac plastique en guise de valise de maternité. Par ailleurs, lors de la création de l’association, les réfugiés étaient de plus en plus nombreux à Paris, comptant des femmes enceintes, parfois prêtes à accoucher. Elles n’avaient rien d’un point de vue matériel pour accueillir leur bébé… Même pas un body !

Dans le local au milieu des dons

Que ces futures mamans puissent accueillir leur bébé dans la dignité

Monpremierbebe.fr : Quelles aides apportez-vous ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : On prépare les valises de maternité toutes faites pour que ces futures mamans puissent accueillir leur bébé dans la dignité. De cette manière, elles peuvent passer un séjour correct à la maternité. De plus, on est disponibles quand leurs bébés grandissent pour des vêtements plus grands, parfois du lait ou des petits pots (si nous en avons). Alors nous sommes donc amenées à nous revoir. Nous sommes là pour écouter et orienter ces mamans vers d’autres partenaires pour leurs démarches administratives, sociales… (Solipam, KÂLI, Paris d’Exil…). Cela nous arrive également de lancer des appels sur notre page Facebook pour venir en aide à des femmes enceintes à la rue. Nous utilisons ce moyen pour des appels aux dons pour les services sociaux des maternités qui n’ont plus de layette pour leurs mamans défavorisées.

 

Monpremierbebe.fr : De quels moyens disposez-vous pour mener vos activités ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Nous avons énormément de dons matériels. Il faut dire que les gens ont tout de suite été très sensibles à notre cause et nous donnent donc très régulièrement layette, couches, produits d’hygiène, vêtements pour enfants… Notre stock ne désemplit jamais. Cela nous arrive d’avoir des dons financiers ponctuels. En ce moment, nous avons un problème de compte bancaire. Celui-ci ayant été clôturé à notre insu faute de mouvements dessus. Donc nous attendons de trouver le temps pour en rouvrir un. De plus, nous réalisons les démarches pour que l’association soit reconnue d’intérêt général afin que les donateurs aient des déductions fiscales. Un local nous est prêté gracieusement par un SuperMan depuis le mois de janvier. Malheureusement nous devons le rendre incessamment sous peu et sommes activement à la recherche d’un autre local.

Quelques dons…

Des appels à l’aide de mamans désespérées

Monpremierbebe.fr : Pour l’heure, si vous deviez établir le bilan de vos activités, quel serait-il ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : En moyenne, nous aidons quatre femmes par semaine depuis un an, sans compter les dons de poussettes aux mamans qui viennent à nos permanences, les aides à d’autres associations…

 

Monpremierbebe.fr : Pouvez-vous partager avec nous des anecdotes autour de l’aide que vous apportez ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Il y en a tellement, certaines drôles, d’autres tristes. Je pense à cette maman réfugiée mineure d’Afrique subsaharienne, à qui nous avions fourni un bagage maternité et qui a accouché quelques semaines après. Elle a appelé son bébé « Jean-Pierre », ce qui nous a un peu surprises au début. C’était tout simplement le prénom de celui qui lui a sauvé la vie lors de son voyage pour venir en France. Elle est venue par la mer sur une embarcation de fortune, il s’est noyé pour lui laisser sa place. Egalement, je pense à cette famille de réfugiés afghans, qui à la base était venue pour de la layette et des couches pour leur nouveau-né d’une semaine. La maman le portait dans les bras, le papa portait leur enfant de un an, pieds nus. Ils sont repartis les larmes aux yeux avec une poussette double quasi neuve, des chaussures, des habits pour leur plus grand. Grand moment d’émotion ! Il y a aussi cette maman qui nous avait été adressée par SOLIPAM, à qui nous avions fourni un petit bagage, et qui s’est retrouvée parachutée au Havre. Une association qui nous suit depuis le début (Passe Temps Auffray) a pris le relais et l’a meublée dans son nouveau chez elle. Elle a été mise en contact avec la communauté locale, a été aidée dans ses démarches… Forcément, je dois citer tous ces appels à l’aide désespérés que nous lançons pour des mamans en grande détresse et auxquels les gens qui nous suivent répondent avec rapidité. C’est merveilleux cette solidarité ! Le dernier en date concerne une maman qui peine à être relogée depuis l’incendie qui lui a pris son mari devant ses yeux… Elle venait de perdre son bébé deux mois auparavant alors qu’elle était à huit mois de grossesse. Cela faisait dix ans qu’ils essayaient d’avoir un enfant. Lorsqu’elle a perdu son mari, elle ne le savait pas encore mais elle était enceinte de deux semaines. Du coup suite à notre appel une avocate s’est portée volontaire pour l’aider dans ses démarches, gracieusement.

Coup de main, don matériel, don financier…

Monpremierbebe.fr : Si l’on souhaite vous aider, comment doit-on faire ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Alors il y a plusieurs moyens pour nous aider… Soit vous venez juste avec vos bras (et votre bonne humeur ^^) à nos permanences pour nous aider à trier les dons, à préparer les petit bagages, à les distribuer. C’est un plus si vous êtes véhiculé, car certaines mamans enceintes en fin de grossesse ne peuvent pas se déplacer jusqu’à notre local. Nous leur apportons donc directement ce dont elles ont besoin dans leurs hôtels sociaux. Nous indiquons les jours de permanences sur notre page, quelques jours avant. Soit vous pouvez faire des dons correspondants à nos besoins réguliers. Ou alors l’aide peut être financière.

Produits d’hygiène, couches, vêtements…

Monpremierbebe.fr : Quels sont vos besoins réguliers ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Nous avons obligatoirement besoin de couches surtout en taille 1 pour les mettre dans les valises maternité. Il y a aussi les produits d’hygiène bébé : sérum physiologique, gel lavant, liniment, coton… Nous manquons énormément de ce type de dons en ce moment. Il y a aussi les layettes 1-3 mois, les gigoteuses, les combinaisons. Nous recherchons régulièrement des poussettes mais aussi des porte-bébés. Beaucoup de mamans n’ont pas de poussettes et sortent de la maternité avec leurs bébés directement portés dans les bras.

 

Monpremierbebe.fr : Où vous suivre sur les réseaux sociaux ?
Samra du Petit Bagage d’Amour : Il y a notre page Facebook : Un petit bagage d’amour. Et nous sommes sur Twitter avec @UnPetitBagage, où nous sommes un peu moins actives.

 

Mille fois merci à Samra pour avoir répondu à mes questions. N’hésitez pas à contacter l’association via la page Facebook si vous souhaitez aider.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *